Les grimpereaux de Corse à l’étude

Le Grimpereau des bois (Certhia familiaris) est un oiseau forestier avec une large répartition en Europe. En Suisse, il est présent principalement en altitude, entre 1000 et 1600 m. C’est un oiseau insectivore qui cherche ses proies sur l’écorce des arbres, utilisant son bec fin et courbe pour explorer toutes les fissures. Ses populations font l’objet depuis quelques années d’études moléculaires en collaboration avec le Muséum national d’histoire naturelle de Paris. La nouvelle étude que nous venons de publier s’intéresse à la structure génétique des populations de Corse, de France métropolitaine et d’Italie centrale dans les Apennins. Son but était de savoir si les populations de Corse, qui présentent une morphologie légèrement différente de celle du continent, sont complètement isolées ou si elles sont en connexion régulière avec le continent.

Cette étude a pu être réalisée grâce à l’aide de dizaines de bagueurs qui ont prélevés des plumes sur des oiseaux capturés dans le cadre d’études de terrain. Au total, 258 grimpereaux ont ainsi été prélevés, dont 109 en Corse.

Carte de la répartition du Grimpereau des bois (en vert). Les points jaunes indiquent les localités échantillonnées.

La population des Apennins a fait l’objet d’une mission de terrain commune entre le Muséum de Genève et le Muséum de Paris, au cours de laquelle nous avons capturé une vingtaine d’oiseaux.

Un grimpereau des bois capturé en Toscane, dans les Apennins.

On attire les oiseaux dans un filet placé dans la végétation, en repassant leur chant à l’aide d’un petit haut-parleur. Ce sont le plus souvent les mâles qui sont attirés car ils viennent défendre leur territoire, croyant entendre un concurrent ! Une fois sorti du filet, les oiseaux sont rapidement mesurés et quelques plumes sont prélevées. Après une dernière séance photo, ils sont relâchés. Au final, l’opération ne dure que quelques minutes avant qu’ils ne retrouvent leur liberté.

Une sous-espèce ou une espèce ?

L’analyse des résultats génétiques montre que la lignée Corse est homogène, sans sous-population à l’intérieur de l’ile, mais qu’environ 5 % des oiseaux insulaires échantillonnés présentent des éléments continentaux dans leur génome : il y aurait bien une légère immigration d’oiseaux continentaux vers la Corse, mais cette immigration serait suffisamment rare pour que les grimpereaux corses gardent leur particularité. Nous considérons donc que la sous-espèce corse, Certhia familiaris corsa, est bien valide. Mais nous ne suggérons pas de l’élever au rang d’espèce car la différence génétique est faible et des oiseaux continentaux viennent s‘hybrider régulièrement avec les individus corses.

Une des analyses génétiques (microsatellites) qui montre les 258 individus répartis en trois groupes principaux : Corse en bleu, Italie centrale en rouge et France continentale en vert. On voit que certains individus (représentés en colonne) ont une origine mixte avec plusieurs couleurs, comme des individus corses qui ont des gènes provenant du continent.

En France continentale, on ne trouve pas des différences marquées entre les différentes localités échantillonnées : de la Bretagne aux Alpes, les grimpereaux ne sont pas différents et il n’y a visiblement pas de barrières majeures à leur dispersion. Enfin, les oiseaux italiens sont assez bien différenciés des populations françaises et ils devraient être considérés comme une unité de gestion distincte pour la conservation.

 

→  Article original disponible à la bibliothèque du Muséum

Article scientifique disponible sur abonnement: J.-M. PONS, A. CIBOIS, J. FOURNIER, J. FUCHS, G. OLIOSO & J.-C. THIBAULT, 2019. Gene flow and genetic divergence among mainland and insular populations across the south-western range of the Eurasian treecreeper (Certhia familiaris, Aves). Biological Journal of the Linnean Society 126: 447–461.