Mission en Colombie du 18 juillet au 8 août 2018

Cette mission s’inscrit au sein de mon programme de recherche sur la taxonomie et l’évolution des papillons Crambinae, troisième plus grande sous-famille des Pyralidae, avec 2 047 espèces décrites dans le monde. Ce programme de recherche a débuté avec ma thèse, complétée en 1992. Depuis,  j’ai effectué des récoltes sur le terrain dans plusieurs pays des Amériques et publié huit articles taxonomiques sur les Crambinae et un sur la phylogénie des Pyraloidea (la superfamille incluant les Pyralidae) avec des collègues.

Ce programme de recherche est effectué en collaboration avec le Dr Matthias Nuss et notre doctorant Théo Léger (Senckenberg, Museum für Tierkunde Dresden) pour ce qui a trait à notre projet sur la phylogénie moléculaire des Crambinae, Scopariinae et genres apparentés. Je travaille aussi avec Matthias à l’élaboration d’un catalogue mondial en ligne des pyrales du monde, pour lequel je suis en charge des Crambinae.

 

Bienvenido a Colombia !

À mon arrivée à Bogotá, j’ai été accueilli comme prévu par mon doctorant Helber Arevalo Maldonado, qui était venu dans mon labo au Muséum de Genève pendant deux mois au printemps 2017 pour étudier nos spécimens de Gracillariidae pour son projet de thèse.

Le 19 juillet, après quelques courses en ville, Helber, Jurate De Prins (lépidoptériste belge également invitée) et moi-même sommes partis au Parco Natural Chicaque, situé à quelques dizaines de kilomètres de Bogotá. Nous avons logé dans le « Refugio » situé à 2 150 m d’altitude et qui fait office d’auberge pour les nombreux touristes de passage. Nous y avons récolté 184 spécimens lors des trois soirs de notre présence, dont le troisième à 2 250 m dans la forêt de chênes à Quercus humboldti.

Papillon du genre Brenthia (Choreutidae) vu de derrière, exposant ses ailes afin de faire fuir le photographe en imitant probablement une araignée sauteuse (Salticidae).

Le 22 juillet nous sommes revenus à Bogotá une fois le montage des spécimens terminé. Le lendemain nous sommes allés à la Faculté d’agronomie de l’université nationale (Universidad nacional de Colombia, sede Bogotá), où j’ai rencontré le prof d’Helber, Francisco Serna Cardona, ainsi que les autres étudiants du labo. Nous avons assisté à la présentation du projet de thèse d’un des étudiants, sur les collemboles, et Jurate De Prins et moi-même avons ensuite donné chacun une présentation sur les papillons. Dans l’après-midi, j’ai identifié une partie des spécimens de Pyralidae de la collection entomologique de la faculté.

 

Départ pour l’Amazonie

   Le lendemain, 24 juillet, nous (tout le labo de F. Serna ou presque) avons pris l’avion pour Leticia, en Amazonie colombienne. Nos dépenses étaient toutes payées par une bourse obtenue par Francisco pour l’étude des insectes associés aux plantations de cacao. Onze nuits de récoltes plus tard dans les environs de Leticia, plus une journée en amont sur l’Amazone, j’ai pu récolter 906 spécimens supplémentaires. La soirée de chasse la plus intéressante fut sans contredit la dernière, à la Reserva Omagua où j’ai pu grimper à l’aide de cordes sur une plate-forme à 35 mètres au-dessus du sol, dans la canopée, pour y installer ma lampe. J’y ai compté sommairement plus de 200 espèces de papillons en à peine deux heures et demi.

Arrivée à 35 m de hauteur au niveau d’une plate-forme installée dans un arbre appelé mata-mata, dans la forêt près de Leticia.

 

Papillons de nuit attirés à la lumière ultra-violette sur la plate-forme à 35 m de hauteur.

Retour à Bogotá et en Suisse

Nous sommes revenus à Bogotá le 6 août en fin d’après-midi et le lendemain j’ai pu continuer mon travail de détermination et de reclassification des spécimens de Pyralidae de la collection de l’université.

Montage des spécimens récoltés la veille, à Leticia.

Le 8 nous avons retrouvé Francisco et une partie des étudiants du labo tôt le matin pour aller visiter le site catholique et touristique de Monserrate qui domine la ville à 3 150 m d’altitude. Il s’agit entre-autres d’un site d’intérêt pour les papillons puisque quelques espèces ont été décrites de spécimens récoltés à cet endroit. Pendant ce temps, Helber allait au bureau de l’ANLA (Autoridad Nacional de Licencias Ambientales) afin d’y chercher mon permis d’exportation de spécimens. J’ai retrouvé Helber dans l’après-midi pour nos dernières heures ensemble, mon vol de retour étant ce soir-là.

Bien que je me sois concentré sur les Pyralidae, des spécimens d’autres familles furent récoltés, surtout lors de la dernière soirée, avec l’accord de retourner à Bogotá les spécimens ne faisant pas partie des Pyralidae, ainsi que tous les holotypes des nouvelles espèces. Certains de ces spécimens (Adelidae, Apatelodidae, Hepialidae, Erebidae) seront préalablement montrés aux spécialistes pour détermination.

Jeudi 21 février 2019


Neurophyseta sp. (Pyralidae, Musotiminae) récolté à Chicaque.

Préparations en labo et valorisation de quelques spécimens

De retour au Muséum, les spécimens ont tous été étiquetés par ma collaboratrice Corinne Reuteler, qui a également effectué le montage sur épingle entomologique ordinaire des microlépidoptères (petits papillons) montés sur minuties (petites épingles) sur le terrain. Les étiquettes mentionnent bien entendu les données de récolte, mais également le numéro de permis d’exportation.

Partie des spécimens récoltés près de Leticia encore sur leurs étaloirs. Il s’agit de Pyraloïdes, sauf pour cinq Erebidae.

Une partie des spécimens récoltés (81 pour être exact) ont été retournés à Bogotá après détermination à la famille. Quelques autres spécimens ont été envoyés à des spécialistes pour étude, soit des Apatelodidae à Daniel Herbin en France et des Hepialidae aux Etats-Unis chez John A. Grehan. Ce dernier avait toutefois pu déterminer un de mes spécimens sur la base des photos que je lui avais envoyées, et les données concernant ce spécimen ont pu être intégrées à une monographie du genre Druceiella en cours de publication par John et J. E. Rawlins , la photo de mon spécimen paraissant même en page couverture de la revue Annals of Carnegie Museum, volume 85, numéro 2.

Mardi 9 avril 2019

Hosithea gynaecia (Pyralidae, Midilinae) récolté à Leticia.
Eupastranaia tumidifrons (Pyralidae, Midilinae) récolté à Leticia.
Dicepolia sp. (Pyralidae, Odontiinae) récolté à Leticia.