A l’origine, deux super-puissances à la conquête de la Lune

Dans le contexte de la guerre froide, la rivalité entre les Etats-Unis et l’URSS poussa les deux pays à développer leurs programmes de conquête lunaire, mais c’est aux Etats-Unis que revient le prestige de poser les premiers hommes sur notre satellite naturel. Le 20 juillet 1969, le module Eagle se pose sur la Lune et le commandant Neil Armstrong en descend le premier, suivi de Buzz Aldrin. De cette première mission, Apollo 11, seront récoltés 21 kilogrammes de roches et de poussières lunaire. Au total, près de 400 kg en seront collectés lors des missions Apollo.

Une géologie particulière

La surface de la Lune est divisée en « terres » et en « mers ». Les terres sont constituées principalement d’anorthosites, roches riches en une variété de feldspath appelée plagioclase. Les mers comportent des roches similaires aux basaltes terrestres, avec des différences en termes de chimie. Des brèches d’impact sont également assez fréquentes : elles ont pour origine les impacts de météorites qui fracturent la surface lunaire à très grande vitesse. L’absence d’atmosphère permet aux météorites de frapper la surface de la Lune sans perdre de vitesse, ni se vaporiser pendant la chute.

Anorthosite lunaire (photo Michael Wyke/NASA)

Lors du refroidissement de la Lune, les cristaux d’anorthose ont « flotté » sur l’océan de magma, créant par refroidissement les anorthosites, tandis que des éruptions volcaniques laissaient s’épancher des basaltes recouvrant la croûte légère précédemment formée.

Des minéraux alors inconnus sur Terre

Les analyses minéralogiques réalisées sur les différents types de roches lunaires ont permis de mettre en évidence des minéraux inconnus jusqu’alors.

Parmi eux, la tranquillyite, un minéral de silicium, zirconium, yttrium, fer et titane, a été trouvé dans un basalte lunaire et acceptée en 1971 comme nouveau minéral. Son nom provient de l’endroit de récolte de l’échantillon, la Mer de la Tranquillité (Mare Tranquillitatis).

Cristaux d’armalcolite (gris clair), mesurant entre 0.1 et 0.4 mm et provenant de la vallée lunaire de Taurus-Littrow (www.mindat.org)

D’autres minéraux, comme l’armalcolite, un composé d’oxygène, fer, titane et magnésium, ou la pyroxferroite, minéral de silicium et fer, furent également trouvés dans les roches lunaires. Le nom armalcolite est un acronyme formé par le début des noms des astronautes de la mission Apollo 11 : Neil Armstrong, « Buzz » Aldrin, et Michael Collins, et le suffixe –ite.

Par la suite, ces trois minéraux ont été découverts sur la Terre, au Groënland (armalcolite), aux Etats-Unis (pyroxferroite) et en Australie (tranquillyite).

_______________________________________________________________________________________________________

Un géologue lunaire : Harrison Schmitt

Harrison Schmitt (1936- ), géologue lunaire. (www.wikipedia.org)

Harrison Schmitt est un géologue américain issu de l’institut Caltech et de l’université d’Harvard. Le scientifique est recruté par la NASA en 1965, faisant partie d’un panel de scientifiques appelé à travailler sur les missions lunaires. Il subit les entraînements d’astronaute, en vue de servir pour Apollo 18. Le gouvernement américain décida d’annuler ce programme pour des raisons de mesures budgétaires, mais poursuivit la mission Apollo 17. Schmitt eut les faveurs de la NASA, ayant démontré sa compétence comme astronaute.

C’est ainsi qu’il fut le premier et dernier géologue à poser le pied sur la Lune. Il se lança par la suite en politique, avant de devenir consultant indépendant en aéronautique spatiale et en géologie.

 

_______________________________________________________________________________________________________

Une réparation de fortune sur la Lune !

En décembre 1972, lorsque Eugene Cernan, commandant de la mission Apollo 17 a fait tomber son marteau accidentellement sur un garde-poussière du module lunaire, le cassant net, il appliqua la méthode de réparation suivante : il plia des cartes géologiques qu’il scotcha au véhicule, empêchant un soulèvement trop important de poussières. Par la suite, Cernan et Schmitt furent nommés membres à vie de l’Association des Carrossiers d’Amérique !

 

→ Sources :

https://en.wikipedia.org/wiki/Geology_of_the_Moon

https://www.mindat.org/min-341.html (armalcolite)

https://www.space.com/20789-harrison-schmitt-astronaut-biography.html

https://www.anecdotes-spatiales.com/systeme-d-sur-la-lune/

https://www.anecdotes-spatiales.com/tag/harrison-schmitt/

Article scientifique disponible gratuitement : Rasmussen et al. 2012. Tranquillyite : the last lunar mineral comes down to Earth. Geology, 40 (1) : 83-86.