Un article qui marque un tournant décisif

En octobre 2017, un article (Hallmann et al. 2017) fait la une des journaux du monde entier en rapportant un déclin massif de 75% de la biomasse des insectes dans des zones protégées en Allemagne au cours des 30 dernières années.

Reynolds (2019) explique pourquoi cet article a tant attiré l’attention (même dans les journaux) alors que d’autres papiers aux résultats similaires ont été beaucoup moins médiatisés. Il indique que celui-ci représente un tournant décisif qui nous a conduit à accepter un sujet déjà évoqué auparavant, mais qui est en dehors du récit scientifique actuel (ce que Kuhn appelle un « changement de paradigme »).

L’article a suscité de nombreuses critiques, certaines plus convaincantes que d’autres. En effet, l’étude n’a pas été conçue pour étudier les changements sur le long terme ; de nombreux sites n’ont été échantillonnés qu’une seule fois et la biomasse n’est pas une mesure directe du nombre d’insectes. En revanche, personne ne finance d’études écologiques sur le long terme. Les auteurs ont échantillonné 63 sites protégés pendant plusieurs mois (les résultats ne pouvaient donc pas être dus à des anomalies météorologiques ponctuelles), couvrant plusieurs habitats et une vaste zone géographique de l’Allemagne, et enfin et surtout, les résultats étaient statistiquement robustes.

Pourquoi ce déclin ?

Plus récemment, un aperçu des informations disponibles a été publié (Sánchez-Bayo & Wyckhuys 2019), démontrant que ces déclins semblent être un phénomène mondial. Bon nombre des jeux de données examinés sont moins solides que ceux de Hallmann et al. (2017) et l’ampleur du déclin a été débattue, mais les auteurs concluent qu’au moins la moitié des espèces d’insectes sont en déclin et qu’un tiers sont en voie de disparition. La plupart des données fiables proviennent d’Europe et d’Amérique du Nord, et les déclins sont en grande partie imputables au changement d’utilisation des sols (principalement pour l’agriculture), à ​​l’utilisation de produits agrochimiques et à la pollution.

De plus, une étude menée à Porto Rico (Lister & Garcia 2018) a montré qu’un déclin de 80 % des insectes du sol des forêts est principalement imputable au changement climatique. Encore plus inquiétant, les changements de la faune dans cette dernière étude avaient modifié les relations dans le réseau trophique de la forêt, entraînant possiblement des répercussions négatives sur le fonctionnement des écosystèmes.

Il est clair que certaines espèces bénéficieront du déclin d’autres et pourront exploiter les niches laissées vacantes, mais l’augmentation de quelques espèces au détriment de nombreuses est la définition même de la réduction de la biodiversité.

John Hollier sur le terrain étudiant des insectes.

Un phénomène prouvé ?

Si l’on peut rassembler suffisamment d’observations isolées, il est possible d’analyser statistiquement des tendances. Sánchez-Bayo & Wyckhuys (2019) présentent les résultats de suffisamment d’études d’observation pour démontrer que le déclin est un phénomène réel, même si la mesure de son importance est moins claire. Et alors que beaucoup ont mis en doute les méthodologies et la fiabilité de certains ensembles de données, personne n’a présenté de données montrant la stabilité à long terme des effectifs ou de la biomasse d’un écosystème (plutôt que de quelques espèces).

Pour obtenir des réponses plus précises, nous avons besoin d’une surveillance à long terme des écosystèmes, faisant peut-être appel à des initiatives de science participative. En attendant, il semble clair que les populations d’insectes sont en déclin et il semble que cela pourrait avoir de graves conséquences écologiques, et bien plus tôt qu’on ne le prévoyait.

 

Merci à Tommy Andriollo pour la traduction.

 

Références :

→ Article scientifique disponible gratuitement : Hallmann, C.A., Sorg, M., Jongejans, E., Siepel, H., Hofland, N., Schwan, H. Stenmans, W., Müller, A., Sumser, H., Hörren, T., Goulson, D. & de Kroon, H. (2017). More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PLoS ONE 12(10): e0185809.

Article scientifique disponible gratuitement : Lister, B.C. & Garcia, A. (2018). Climate-driven declines in arthropod abundance restructure a rainforest food web. Proceedings of the National Academy of Science 115(44): E10397–E10406.

Reynolds, S. (2019). Bugpocalypse? The Krefeld paper and large-scale declines in insect populations. Antenna 43: 5-9.

Article scientifique disponible gratuitement : Sánchez-Bayo, F. & Wyckhuys, K.A.G. (2019). Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers. Biological Conservation 232: 8-27.