Apprivoisés il y a 5500 ans au Kazakhstan, les chevaux de Botai étaient considérés comme les ancêtres de tous les chevaux domestiques actuels. L’analyse de leur génome démontre cependant que ces équidés ne sont pas directement à l’origine des chevaux domestiques, mais seraient les ancêtres directs des chevaux de Przewalski, présumés sauvages ! Ces derniers représentent donc en réalité les descendants des premiers chevaux jamais domestiqués, redevenus féraux (c’est-à-dire une espèce domestique retournée à l’état sauvage) par la suite. L’étude a aussi mis en évidence certains changements survenus lors de ce retour à l’état sauvage, par exemple la perte d’une robe léopard, qui était présente chez le cheval de Botai.

Quant aux chevaux domestiques modernes, leur origine doit être recherchée ailleurs, car aucun des 22 chevaux eurasiatiques analysés par l’équipe (couvrant les 4100 dernières années) n’est apparenté à ceux de Botai.

Ludovic Orlando prélevant des échantillons sur les restes d’un cheval de Botai, Kazakhstan, août 2016. © Daron Donahue & Niobe Thompson. Clearwater documentary.

Deux chercheurs du Muséum Genève participent à la suite de ce projet : Nadir Alvarez et Jean-Christophe Castel. Une affaire à suivre donc !

→ texte adapté du communiqué de presse du CNRS « Chamboule-tout dans les origines des chevaux«